skip to Main Content

La Spiruline du Forez

null

HISTOIRE

Loin d’être un effet de mode, les origines de la spiruline remontent à la nuit des temps.

La spiruline est une micro-algue de forme spiralée (Arthospira Platensis) de 0.2 à 0.5mm de long selon les espèces.
Elle est apparue il y a plus de 3 milliards d’années et est à l’origine de l’oxygénation de notre atmosphère grâce à la photosynthèse.

Les aztèques et les Incas furent les premiers à la cultiver et la consommer comme un aliment complet. La spiruline vit à l’état naturel dans des eaux natronnées (pH de 8,5 à 11), saumâtres (10 à 200g de sel par litre) et chaude (de 25° à 35°C). Ces lacs sont situés près de l’équateur en Inde, au Tchad et au Mexique.
Ce n’est qu’en 1960 qu’une équipe de chercheurs rapporte et analyse ce trésor récolté par une tribue, les Kanembous au Tchad, révélant la bien meilleure santé de ses membres qui consommaient les galettes vertes.
L’aventure se poursuivit par l’exploitation de cet or vert puis l’implantation de fermes géantes pour les marchés mondiaux avec en parallèle le développement de fermes paysannes pour lutter contre la malnutrition.
Les programmes se multiplient, la NASA par exemple travaille à intégrer la spiruline dans les programmes spaciaux pour nourri les cosmonautes, purifier l’air, recycler les déchets..
La France compte environ 150 producteurs de Spiruline paysanne, dont la spécificité est d’être sechée à basse température afin de préserver les qualités exceptionnelles de cet aliment.
En 1974, l’ONU désigne la Spiruline comme « aliment d’avenir »

CULTURE ECOLOGIQUE

La spiruline du Forez est cultivé de façon saisonnière pour suivre son cycle naturel car elle a besoin de chaleur et d’ensoleillement pour se développer, environ d’avril à fin octobre. La serre protège les bassins des intempéries et permet de garder la chaleur dans l’eau des bassins. La serre n’est pas chauffée. L’eau est agitée doucement pour créer un petit courant et favoriser les échanges entre l’eau et l’air.

Une fois que la spiruline s’est bien développée, la cultivatrice peut procéder à sa récolte :

  1. Récolte par pompage sur une toile de filtration. L’eau de pompage est rejetée dans le bassin.
    Filtration de la spiruline au lever du jour
  2. Pressage : la pâte de spiruline obtenue est pressée pour éliminer un maximum d’eau.
  3.  Mise en forme : Fabrication de « filaments» qui sont déposés sur des clayettes puis mises au séchoir.
  4. Séchage : la spiruline est séchée à l’abri de la lumière dans un séchoir ventilé à basse température (-40°). Ce séchage doux et lent permet de conserver toutes les qualités de la spiruline
    la spiruline sèche sur des claies
  5. Conditionnement en boites ou sachets.
    Les brins de spiruline sèche sont concassés à main.
  6. Vente et dégustation !

La production de spiruline sous ce schéma, c’est bon pour pour l’environnement :
Peu de consommation d’énergie : pas de chauffage, par d’engin motorisé (tracteur)
Gestion écologique de l’eau : bassins en circuits fermé, seule l’évaporation est compensée. Les eaux de rinçage sont mise en bassin d’évaporation pour recycler les résidus en compostage. Elle nécessite vingt fois moins d’eau que pour la culture céréalière, et 100 fois moins que l’élevage pour un rendement protéique cent fois supérieure (0,16 tonnes protéines à l’hectare pour l’élevage)
Protection de l’environnement : La spiruline est cultivée sans aucun fongicide, herbicide, ni insecticide, ni OGM. C’est le niveau de PH qui constitue à lui tout seul une barrière écologique contre les micro-organismes indésirables. Culture hors sol, elle ne provoque pas de nuisance sur l’environnement.
Production d’O2 : Le rendement protéique à l’hectare est très élevé. Et en fait une des productions alimentaires la plus prolixe et la moins énergivore. Grande productrice d’oxygène la culture n’émet pas de gaz à effet de serre (GES), au contraire elle consomme environ 40 tonnes de CO2 par hectare et par an.

LA CULTIVATRICE

Noémie est originaire de Haute-Savoie, après un cycle scientifique, elle se tourne vers des études plus concrètes avec un BTS agricole dans la Loire. Elle travaille dans le domaine du développement agricole en accompagnant les projets d’installation des jeunes agriculteurs, avant de lancer son propre projet d’installation en Spiruline.

« J’ai toujours été passionnée par le monde du vivant et son fonctionnement. Je voulais mettre en place un projet qui puisse être utile aux autres, qui respecte l’environnement, en lien avec une alimentation et un mode de vie sain. La spiruline m’avait convaincue en tant que consommatrice et réunissait tous mes critères. Je me suis formée aux techniques de production avec la FSF (Federation des Spiruliniers de France), effectué des stages chez des producteurs et rencontré beaucoup d’entre eux. Mes bagages scientifiques et les compétence acquises en gestion, environnement, règles sanitaires, etc… m’ont permis de lancer mon projet après près de 3 ans de maturation. »

Première productrice dans la Loire, la plaine du Forez lui offre un climat doux et un bon ensoleillement pour la culture de la spiruline. Le site de production est un ancien corps de ferme, situé dans un cadre campagnard préservé mais à proximité de Montbrison, pour une facilité d’accès aux consommateurs.

« J’ai connue la spiruline en étudiant ce micro organisme en cours de biochimie. Ses formidables résultats sur les centres de renutrition en Afrique m’ont interpellés. Quelques année plus tard, quand j’ai fais connaissance avec des producteurs français, j’ai su que c’était cela que je voulais faire, même si c’est un grand défi ! »

Noémie est aussi passionnée de sport : équitation de dressage, capoeira et course à pied.
« La spiruline m’accompagne dans mes activités sportives, même mon cheval de concours bénéficie de ses bienfaits ! Et à la maison, toute la famille en profite. Ma fille de 2 ans en raffole autant que les bonbons. »

La production de spiruline démarre tout juste et les idées foisonnent : « Je souhaite ouvrir mes serres aux visites pour montrer mon travail en toute transparence. Je projette ensuite d’accueillir des scolaires, d’embaucher un salarié… j’ai de nombreux projets autour de cette micro-algue ».

SPIRULINE SOLIDAIRE

Victime de son succès, la Spiruline du Forez peut se trouver à cours de stock. Loin d’en faire un désagrément, ce peut être l’occasion de faire connaitre d’autres producteurs qui ont besoin de vous :

Dans un esprit de partage de valeur et de solidarité, je propose la spiruline de la ferme écospiruline au Togo.

Vous pouvez aller sur leur site : http://ecospirulinetogo.weebly.com/.

Cette ferme a été soutenue dès son démarrage en 2003 par des producteurs français (Laurence et Cedric Coquet) qui y ont emmené la souche. Tonato Agbeko pilote cette ferme en suivant ses valeurs visionnaires et humaniste, en partenariat technique avec la Fédération des Spiruliniers de France.

La ferme eco spiruline :

  • produit 1,2 tonne de spiruline,
  • emploie 15 personnes,
  • a inauguré l’an passé le centre de formation à la culture de spiruline,
  • a fait voyager 4 responsables en France cet été,
  • à organise en janvier 2018 les 6eme rencontres panafricaines

La spiruline produite est de qualité irréprochable. Tests microbiologiques et métaux lourds validé en France.

De plus sachez que le fait d’acheter de la spiruline togolaise permet de financer le don dans les dispensaires de spiruline auprès des plus malnutris. Des programmes de microcrédits sont en cours…

Pas d’intermédiaire ou de frais d’ONG : la spiruline est achetée par mes soins directement en vrac auprès de l’association togolaise, le tarif de 15€/sachet de 100g permet de couvrir les frais de port, d’analyses et de conditionnement = 100% équitable.

Back To Top